lundi 14 septembre 2015

Pensée de fin de week-end

Il y a des fois, tu passes un super week-end, tu vois des amis, tu es fière de certaines décisions que tu as prises durant ces deux jours, décisions que tu n’aurais pas prises il y a quelques mois. Tu as osé t’affirmer, tu as passé du temps à travailler pour ton avenir, tu as fait des recherches, tu as fait preuve de motivation car tu veux t’en sortir. Tu as certes appris quelque chose qui t’a fait foutrement mal, mais tu as géré, car finalement, ce n’est pas tes sentiments qui ont en pris un coup, mais ton ego, car tu te rends compte, à la lumière des derniers événements que tu n’es plus amoureuse, que tu ne peux plus l’être, car ça t’épuise, et que c'était une utopie. Mais tu gardes la tête haute, parce qu’en fait, elle n’en vaut plus la peine, et tu ne veux pas lui laisser cette victoire. Evidemment, c’est ta fierté qui parle. Alors oui, dans le passé, tu as mal réagis, tu as déçu par ton comportement, mais tu es curieuse quand même de savoir si d’autres n’auraient pas eu les mêmes réactions que toi. On te reproche beaucoup de choses, et on oublie les bons moments passés ensemble. C’est dommage, mais si elle a décidé de se souvenir que de ça, tu n’y peux rien. Un jour peut-être, elle se rendra compte que tu étais là pour elle, quand elle en avait besoin, que vous avez souvent rigolé, que vous avez passé de supers soirées, que vous avez passé des moments tendres, des moment plein d'émotions. Oui, elle n’a jamais rien demandé, excepté une fois. En femme forte et indépendante, elle met parfois un peu trop de fierté dans le fait de ne pas demander d’aide, mais c’est sa personnalité, et il faut parfois voir plus loin que ses mots.

Un jour, elle te pose une question, et pour une fois, comme souvent elle te l’a demandé, tu lui réponds franchement. Sans rien édulcorer, comme elle le fait avec toi, et c’est con, mais elle n’apprécie pas ta réponse, ça la fâche, ça la vexe, ça la met en colère, mais tu l’ignores, car elle ne te répondra rien si ce n’est un bonne nuit. Ah ben oui, la franchise, ça fait mal parfois. Oui, pour toi, elle a fait partie de la catégorie des femmes « qui ne savent pas ce qu’elles veulent » et « qui sont encore amoureuses de leur ex ». Il est évident que tu as aussi tes torts, mais quand on te dit depuis le début « je ne suis pas amoureuse de toi », et qu’ensuite, tu apprends qu’elle aime encore en tout cas une de ses ex, au bout d’un moment, tu arrêtes d’essayer, même si tu n’arrives pas à te détacher. Tu continues de lui faire l’amour, car tu as envie d’elle, tu continues de la désirer, mais tu es frustrée, car elle ne te touche pas, ou que très rarement. Elle te prend dans ses bras après son orgasme, et tu aimes ce moment de tendresse, mais tu voudrais plus que ça, et tu sais que tu ne l’auras jamais, alors tu te résignes, tu la prends dans tes bras, et tu t’endors ainsi, et ça te suffit.


Le week-end arrive gentiment à sa fin, tu t’apprêtes à aller dormir, mais comme tous les soirs, tu as tes rituels, tu fais un tour sur tes jeux, et un dernier tour sur Facebook avant d’éteindre et de te laisser aller dans les bras de Morphée. Et tu te rends compte que tu as fait une grave erreur, car sur ces putains de réseaux sociaux, tu  tombes parfois sur des phrases, des statuts que tu ne voulais pas voir, mais c’est trop tard, et tu as cette énorme boule au ventre, tu sens la colère monter. Cette colère que tu censures, que tu enfermes en toi, depuis Ma, car depuis elle, tu n’as plus jamais osé te laisser aller, et à force de te censurer, tu en es devenue chiante, ennuyeuse. Mais ce soir, tu as envie de gueuler, tu as envie de taper dans des trucs, mais rien chez toi ne fait l’affaire. Alors tu ravales cette colère, et tu ravales aussi ce sentiment de fierté que tu as eu pendant presque deux jours, tout ça à cause d’un stupide statut. Alors tu te déconnectes, tu l’enlèves de tes amis, et tu commences à oublier. Un jour tu partiras, et ce jour, tu revivras enfin.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire