dimanche 1 mars 2015

Le conflit coeur-esprit


Je crois que les mois d’hiver ne me sont pas favorables, d’un point de vue romantique.

Il y a 3 ans, en janvier, j’ai rencontré par hasard une jeune femme, hétéro, par le biais d’une association caritative. Nous avons découvert que nous étions voisines, nous habitions la même rue. A la fin de la manifestation, j’avais pris ses affaires en voiture, pour lui éviter de tout porter. Quelques jours plus tard, je lui demandais de venir les chercher car ça encombrait mon corridor. Nous avons passé une soirée à discuter, puis une autre, puis un film chez moi, et nous avons passé la nuit à nous embrasser. Nous sommes sorties ensemble, que deux mois.  Elle avait 9 ans de moins que moi, mais ce n’était pas le problème. La première fois que nous nous sommes trouvées nues dans mon lit, après m’avoir embrassé, elle m’a dit « mais tu es une femme ». Ah oui, aux dernières nouvelles, j’étais bien une femme, et je le suis toujours. Mais elle le savait, je ne ressemble en rien à un homme, j’ai les traits fins, la voix pas très aiguë mais franchement pas grave. et on voit clairement que j'ai des seins. Le fait que j’étais une femme lui posait problème, du moins, les 3 premières semaines. Ensuite, ma douceur et ma gentillesse lui ont posé problème, elle a commencé à me dire qu’elle était nocive, qu’elle ne me méritait pas, et tout un tas d’autres conneries, pour finalement me dire qu’elle ne voulait plus me voir, sans qu’elle m’explique pourquoi, si ce n’est que je n’étais trop présente, qu’on se voyait trop. Mon ego en a pris un coup, comme chaque fois qu’on se fait quitter. Une chance que je n’avais que de l’affection pour elle et que je n’étais pas amoureuse, même si au départ, c’est tout aussi douloureux. Donc en février, elle me quittait, et je ne l’ai plus jamais revue. Je pense qu’elle a pris bien soin d’éviter de me croiser et je crois même qu’elle a déménagé.

L’année suivante, en février, je proposais à une fille connue par le biais d’une annonce, de venir passer la nuit chez moi, après avoir vu son statut Facebook qui disait qu’elle n’avait plus de chauffage pour le week-end. Elle a accepté et a passé la nuit chez moi. Cette jeune femme étant très entreprenante (ce qui n’était pas pour me déplaire), nous avons fait l’amour cette nuit-là. C’était une mère de famille de mon âge, qui s’était séparée de son mari car elle était lesbienne. Elle avait déjà couché avec d’autres femmes mais elle n’avait jamais eu de relation suivie, j’étais la première. J’ai rencontré ses deux jeunes fils, avec qui je me suis très bien entendue, et j’ai passé beaucoup de temps chez elle, n’ayant toujours pas de boulot. Très vite, elle m’a dit m’aimer, je trouvais ça mignon, j’avais beaucoup de tendresse et d’affection pour elle, mais je n’étais pas amoureuse. Alors qu’elle était partie pour les vacances de Pâques retrouver sa meilleure amie en France, j’ai reçu un message Facebook de sa part, dans lequel elle me disait ne pas être prête pour une relation, qu’elle était amoureuse de sa meilleure amie, et qu’on se voyait trop. Se faire quitter par Facebook, alors qu’elle et moi avions toutes deux 32 ans, j’avoue que je n’ai pas aimé.

Il semblerait que le « on se voit trop » est une constante avec moi. Oui, je suis un pot de colle quand j’apprécie quelqu’un, et n’ayant pas de boulot, j’ai beaucoup de temps libre. Quand j’apprécie quelqu’une, que je suis bien avec elle, j’ai envie de la voir souvent, longtemps, tant qu’on peut, car il y a toujours ensuite la reprise des études, du boulot, du théâtre, de la gym, etc. Les débuts sont normalement géniaux et magiques. Curieusement, pas avec moi. Une chance que je vois mon psy mardi, je pourrai lui en parler.

Je vous ai parlé de F., la fille merveilleuse dont je suis tombée amoureuse. Je trouve qu’elle est merveilleuse, parce qu’elle me correspond : elle est intelligente, cultivée, a un humour noir et cynique qui est très semblable au mien, elle est jolie. Elle m’a donc quitté jeudi soir. Et oui, ça fait mal, l’ego, les sentiments. Je m’en remettrai, comme toutes les autres fois.

Comme beaucoup de personnes avec un smartphone, je joue à Duel Quiz, et elle aussi. Vendredi, elle m’a dit ne plus vouloir jouer contre moi, pour qu’il y ait bien une coupure entre elle et moi. Je respecte, j’accepte. Hier après-midi, je reçois une invitation de sa part, à ce même jeu. Je lui demande si c’est normal, elle me dit que « Pourquoi ce serait anormal ? Je ne suis pas fâchée. Pour l’instant, je trouve que c’est un compromis sympa mais tu peux refuser, je comprendrais ». Evidemment que je n’ai pas refusé, bien trop heureuse d’avoir encore un contact avec elle, même si c’est à travers un jeu. Plus tard dans la soirée, elle m’envoie un mail, pour me dire ça : « Coucou,
Juste pour te dire que j’ai bien reçu et lu et qu’il me faut juste un peu de temps pour réfléchir à ma réponse et avoir le temps de l’écrire, je suis un peu débordée. Mais je voulais quand même accuser réception pour ne pas que tu t’inquiètes.

Prends soin de toi »

J’ai trouvé ça super chou, probablement que mon mail a dû la toucher, d’une manière ou d’une autre.

Et aujourd’hui, je reçois un message privé sur Facebook, de sa part, avec un lien et elle qui me dit « J'ai eu une pensée pour toi en voyant ceci, ça m'a fait rire ». C’était un lien sur le film 50 Shades of Grey. Effectivement, ça m’a fait bien rire, et je lui réponds par smileys, histoire de ne pas l’effrayer. Puis je m’aventure un peu plus, et lui dit que je l’ai chopé sur le net, mais que je n’ai pas encore osé le regarder, de peur de m’endormir. Elle me dit qu’elle le regardera aussi, mais ne sait pas quand. Et là, j’ai fait la bêtise ultime, je lui ai dit : « Si tu es d'accord, je la garde au chaud et on se fera une soirée pop corn bière et 50 shades ». J’ai su, au moment de l’envoyer, que j’avais fait une bourde. Son « Euh » comme réponse m’a bien confirmé la chose. J’ai essayé de me rattraper comme j’ai pu : « Oui alors évidement, dans quelques mois

T'inquiète.

Ou pas. Comme tu le sentiras.

Excuse-moi, je m'emporte pour un rien. Je ne voulais pas te faire flipper.

Toutes mes excuses, je suis vraiment nouille.

Tu sais comme je peux dire des choses avant de réfléchir. J'espère que cette faute ne t'empêchera pas de continuer à jouer à duel quiz contre moi ni à m'écrire de temps en temps si un truc te fait rire, te révolte ou autre. J'avais proposé la soirée ciné dans un esprit purement amical, sans penser à tes besoins (une fois encore, vraiment navrée). Bonne fin de journée, bon courage si tu bosses. »

Je pense que plus j’essayais de me rattraper, plus ça m’enfonçait, mais évidemment, ce n’est qu’une fois que tout est envoyé que je me rends compte de ma connerie. Forcément, ça va la faire fuir. Je ne suis même pas sûre que je veuille la récupérer, pas tout de suite en tout cas, elle a trop de choses à régler, mais j’aime l’avoir dans ma vie, c’est une femme très intéressante. Sa réponse n’a pas tardé : « Je n'aurais pas dû t'écrire. Tu dis des choses sans réfléchir mais cela démontre justement ce que tu penses lorsque tu es spontanée. Je répondrai à ton mail mais pour l'instant je fais de la clinique. D'ici-là, ce serait mieux que tu arrêtes de m'écrire, je pense. Bonne fin de journée à toi ».

Elle a fait quelque chose de spontané en m’écrivant et elle a pris peur. J’ai fait quelque chose de spontané en lui proposant cette soirée ciné, en tout amitié, et elle a pris peur. C’était cet après-midi à 17h10. Tout à l’heure, vers les 21h45, je vois qu’elle a joué à Duel Quiz, et je me dis que c’est super, qu’elle ne va pas arrêter ce jeu. Que nenni, j’avais tort, car après avoir terminé la partie et envoyé une invitation pour le match retour auquel elle n’a pas répondu, je me suis dit qu’elle n’avait joué que pour éviter d’abandonner la partie en cours, ce qui lui aurait fait perdre des points. Qu’est-ce que je peux être bête parfois.

 

Dans l’histoire, ce que je retiens, c’est que je m’attache vite, je suis trop présente et les personnes se sentent étouffées. Mais surtout, aucune n’avait l’esprit en cohésion avec leur cœur. Les deux étaient en lutte constante, et malheureusement pour moi, c’est l’esprit qui l’a emporté à chaque fois. Si pour la jeune de 9 ans de moins que moi et la mère de famille, je m’en fous, ce n’est pas le cas de F. Je l’aime vraiment, je ne m’y attendais pas, mais c’est arrivé. Et ça me fait chier (oui, je suis vulgaire) qu’elle préfère se protéger plutôt que de vivre le moment présent et de l’apprécier. Oui, elle en a bavé avec ses exs, tout comme moi, et tout comme la majorité des habitants de cette planète. Mais à force de se protéger, par peur de souffrir, on ne vit plus. Tellement de fois, elle m’a dit être bien avec moi, mais tellement de fois aussi, elle m’a dit ne pas avoir de sentiments (amoureux) pour moi. Mais curieusement (ou pas), elle ne m’a jamais dit les deux choses le même jour, ou au même moment…

Je dois lui rendre un livre qu’elle m’a prêté, mais je vais attendre la livraison de son écharpe. La semaine du 14 février, je lui ai commandé une écharpe de Gryffondor (elle est fan d’Harry Potter), mais le magasin était en rupture de stock et je ne l’ai su qu’une semaine plus tard. Je vais la laisser tranquille jusqu’à ce que je reçoive l’écharpe, puis lui enverrai le tout, sûrement avec une lettre manuscrite (c’est quand même plus personnel). Je verrai bien sa réaction, s’il y en a une.

Ahhhh, les histoires de cœur… Si tout pouvait être simple… Mais est-ce qu’on les apprécierait autant si elles étaient vraiment simples ? Pas certaine.

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire