jeudi 15 septembre 2016

L'incroyable bijou

En octobre 1996, au gymnase, nous avions eu une rédaction à faire. Le début du texte était le même pour tous les élèves, à nous ensuite de faire travailler notre imagination.

Comme vous pourrez le remarquer, mon penchant pour les contes de fées a joué un grand rôle.




L’INCROYABLE BIJOU

Il était une fois un homme nommé Yacoub. Il vivait pauvre mais sans souci, heureux de rien, libre comme un saltimbanque, et rêvant sans cesse plus haut que son front. En vérité, il était amoureux du monde. Or, le monde alentour lui paraissait morne, brutal, sec de coeur, sombre d'âme. Il en souffrait.

Il n’avait jamais vraiment su pourquoi Dieu l’avait fait vivre, mais il était persuadé que sa présence sur Terre avait un rapport avec la cruauté et la perfidie des habitants de la planète. Il se sentait capable de changer l’esprit des gens de son pays. Car, de tout le continent, Fathepur Sihkri était réputé pour être le repère des malfrats, des criminels et des pires individus de la race humaine. Et le roi, malgré sa puissance, ne pouvait rien tenter contre eux.
Mais le pauvre Yacoub se demandait comment, lui, simple nomade, pourrait avoir de l’influence sur quiconque.

Cependant, un événement le troubla. Une nuit, alors qu’il s’apprêtait à se coucher, il regarda le ciel et vit une étoile devenir énorme. Il s’aperçut alors qu’elle s’approchait de lui. Ebloui par la lumière qui émanait de l’astre, il ferma les yeux, et lorsqu’il les rouvrit, il découvrit juste devant lui la plus belle créature qu’il n’ait jamais rencontré. C’était une femme, et sa peau était si blanche et si lisse qu’on aurait dit de la porcelaine. Une aura d’énergie l’entourait et la rendait encore plus majestueuse.
- Yacoub, commença-t-elle, tu as été choisi pour retrouver le Grand Diamant pur.
Remarquant qu’il ne comprenait rien, elle lui expliqua que cette pierre renfermait la gentillesse, la générosité, la gaieté et l’amour que les hommes avaient oubliés depuis bien des années. Sa mission consistait à déverser ces sentiments  au-dessus du puits magique et de souhaiter que la paix soit l’unique devise de Fathepur Sihkri.

Quand l’aube arriva, le brave aventurier était déjà à la recherche du bijou. Et grâce aux indications de la fée, il le trouva sans peine au bout de deux jours de marche à travers le désert.

Il revint alors au pays avec pour seul bagage le précieux objet. Mais même caché dans ses vêtements, le diamant émettait une telle lumière qu’il attira bientôt une troupe de voleurs. Ils s’emparèrent de Yacoub et l’emmenèrent dans leur cachette. Le pauvre homme savait bien que ses jours allaient prendre fin mais il ne craignait pas la mort car il croyait en la bonté de Dieu. Et lorsque les bandits voulurent le tuer afin de prendre possession de son trésor, ils furent repoussés par une force invisible. Il sut alors que tant qu’il garderait la foi, l’énergie de la pierre précieuse le protégerait.

Alors, sans peur, il repartit sur la piste du puits magique. Il le découvrit enfin au milieu du cratère d’un volcan éteint. De là, on dominait presque tout le royaume.

Debout devant le puits, les bras tendus au-dessus de sa tête, et tenant entre ses mains le joyau, il le brisa en deux tout en prononçant les incantations.
Soudain le ciel s’assombrit, des éclairs illuminèrent la nuit, et l’un de ceux-ci toucha de plein fouet le diamant qui devint un tas de poussière. Le vent se leva et souffla, répandant ainsi la poudre sur des kilomètres. Et les nuages noirs disparurent aussi vite qu’ils étaient venus.

Lorsqu’il rentra chez lui, Yacoub fut acclamé et amené devant le roi. ce dernier lui donna la main de sa fille, Pinky Pragasham, la plus belle femme de tout le continent. Yacoub, étonné, refusa l’offre du souverain en lui expliquant qu’il n’avait rien fait pour mériter cela.
- Mon brave Yacoub, lui répondit le monarque, la fée blanche, que tu as déjà rencontrée, m’a tout raconté. Ton geste, ta bravoure, ton audace. Regarde comme mon peuple est devenu bon et généreux grâce à toi. Je te fais mon gendre, et donne-moi une descendance aussi forte et robuste que toi.

Ravi, le héros épousa la princesse, ils vécurent longtemps et heureux. Et le père de la jeune fille put gâter ses enfants et ses petits-enfants jusqu’à la fin de ses jours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire